Chapitre 0

Le projet de Jailly Toys

Notre objectif de cette semaine était de créer un pass, en référence à la thématique actuelle du pass sanitaire et de l'utilisation massive des systèmes de fidélité, sur les thèmes de "jouer" et "s'éduquer". Nous en sommes arrivés à l'idée d'un pass qui permet à l'enfant de jouer sur l'ordinateur après avoir fait ses devoirs, et même si au départ notre idée partait d'une bonne intention, nous nous sommes vite rendus compte qu'un tel produit pouvait causer de graves problèmes. Pour vous présenter la critique du produit et d'un pass obligeant un enfant à faire ses devoirs ou d'autres tâches pénibles avant d'avoir le droit de s'amuser, nous avons décidé de vous raconter l'histoire de Timmy, un jeune enfant d'environ 8 ans, qui entend parler de Jailly Toys...
Suivez son histoire au fil de chapitres et si vous le souhaitez, vous pouvez cliquer sur les flèches pour avoir une vision critique sur ce qui se passe dans sa vie.

Chapitre 1

La découverte

Aujourd’hui, comme tous les jours en rentrant de l'école, le petit Timmy s’est installé devant la télévision pour regarder une chaîne pour enfants et a dû visionner des publicités, l'incitant à vouloir posséder de nouveaux produits. Une publicité Jailly Toys faisant partie du lot, il se précipita vers ses parents pour leur demander d’acheter l'une de nos figurines, celle de son personnage de dessin animé préféré. Ses parents ont vite accepté, voyant le jouet comme une bonne solution pour canaliser leur enfant pas toujours simple à éduquer.

Un produit présenté comme gagnant pour les enfants et les parents

La publicité est forcément mensongère et ne montre que les avantages pour la famille : un objet intéressant à avoir pour l'enfant et qui lui permet d'accéder au PC, tout en aidant à encadrer son utilisation sans demander trop d'efforts aux parents.



Abus de l'envie de découvrir et posséder de l'enfant

Il est simple de manipuler un enfant par la publicité : l'enfant est naturellement en recherche de nouveaux jouets, en particulier après l'école ou à l'approche de fêtes comme Noël, ce qui fait que les enfants sont intéressés par les publicités dans les catalogues de jouets ou sur les chaînes de télévision pour enfants. De plus, avec la vaste variété de figurines existantes, il est simple de persuader l'enfant de faire la collection de tous les jouets, ou d'au moins un maximum. L'enfant ira donc naturellement essayer de persuader ses parents d'acheter les figurines, sans avoir une quelconque conscience des enjeux derrière.



Un moyen différent pour éduquer son enfant

L'éducation demande beaucoup de temps et d'efforts, et la figurine peut être facilement perçue comme un moyen simple de contrôler l'accès au PC de son enfant, tout comme le motiver à faire ses devoirs par exemple, en lui promettant du temps sur les écrans derrière. Sur du court terme et sans en abuser, récompenser son enfant en échange de bonnes actions est un bon moyen de l'éduquer, et la publicité va vendre ceci, sans mettre en garde sur les conséquences si on en abuse.


Sources

Chapitre 2

Le plaisir de la récompense

Ayant très vite compris le potentiel de cet outil, les parents en firent l’acquisition. Le petit Timmy lui, tout fou, se rendit compte qu’il pourrait passer beaucoup de temps devant l’ordinateur en échange de quelques tâches comme… faire son lit, ranger sa chambre, plier son linge, ou même laver les toilettes, ce que les parents ne refusaient pas bien sûr. Et la figurine qui était au début achetée pour simplement motiver à faire les devoirs devint un outil du quotidien, utilisé pour presque tout.

Une éducation ne tournant qu'autour d'une récompense

Ici, l'éducation par la récompense est vite tombée dans l'extrême et a rapidement des conséquences négatives sur l'enfant.



Une motivation extérieure uniquement

Lorsqu'un enfant réalise une bonne action, comme aider ses parents ou faire ses devoirs, le meilleur moyen pour qu'il le fasse correctement et sans être déprimé soit qu'il le fasse de son plein gré, et en ayant conscience des répercussions positives que cela peut avoir. Ici, il n'associe rapidement plus l'action de faire ses devoirs au fait que cela l'aidera à l'école et plus tard, mais simplement au fait qu'il pourra jouer après, et cela vaut pour tout ce qu'il peut faire en échange de temps. L'action en elle-même perd vite de son importance et de son intérêt à ses yeux.



Le chantage affectif

Du point de vue des parents, même s'ils ne s'en rendent pas forcément compte, la figurine est juste un moyen de faire du chantage sur leur enfant, et notamment du chantage affectif où, en échange de lui promettre de le laisser faire quelque chose qu'il aime, ils peuvent le faire réaliser ce qu'ils veulent. Les parents ont du pouvoir avec la figurine que leur enfant adore et il est simple d'en profiter.


Sources

Chapitre 3

La lassitude

Cependant cela ne fonctionna correctement que pendant un temps, face à la récompense, le petit Timmy en voulut toujours plus et commença à se lasser des récompense devennant désuètes à ses yeux. (Vous vous doutez bien que cela ne peut pas être si simple pour le petit Timmy…). En plus de ça, il est de moins en moins sage à l'école et il est parfois impossible de le convaincre de faire les tâches les plus pénibles pour lui, même si c'est important.

Un quotidien qui tourne autour de la récompense

L'enfant ne fait rapidement que vivre pour la récompense, ce qui peut facilement mal tourner.



Ne penser qu'à ça

Si à la maison le quotidien ne tourne qu'autour de la figurine, l'enfant comprendra rapidement que cela ne sert plus à rien de faire des bonnes actions lorsque ses parents ne peuvent le voir, car il ne pourra pas gagner de temps sur le PC. Le seul intérêt à faire des choses qu'il n'aime pas est devenu la récompense à la fin, alors si elle n'est pas là, il ne fera plus aucun effort.



L'envie d'en avoir plus

Il est possible que l'enfant, par manque d'intérêt pour réaliser les actions, demande à ses parents d'avoir plus de temps par action réalisée, et il ne fera plus rien si ses parents n'acceptent pas. Ils sont alors obligés de le faire, et si l'enfant le veut, il peut se retrouver être le manipulateur dans ce cas-là.



Pas de conséquence si l'action n'est pas réalisée

Un autre problème qui peut être constaté est que l'enfant n'accorde plus aucune gravité s'il refuse de faire quelque chose : sa seule punition sera de ne pas gagner du temps sur le PC, mais il n'aura aucune culpabilité car il a perdu toute morale. Cela s’est par exemple avéré vrai lorsque des écoles ont voulu faire payer les parents lorsque ceux-ci étaient en retard pour chercher leurs enfants : dès le lendemain, le nombre de parents en retard ont triplé, car ceux-ci n’étaient plus dérangés par l’aspect moral du retard, mais uniquement par l’aspect financier qu’ils ne jugeaient pas si important.


Sources

Chapitre 4

Le harcèlement

Il reçut une nouvelle figurine pour Noël, de plutôt bonne qualité, et son ego gonfla rapidement et il vint alors s'en prendre à Bryan, de famille plus modeste, qui n'avait qu'une petite figurine de premier prix. Cependant la lame est à double tranchant ! C’est ainsi qu’il se mit à travailler pour Raphaël qui le menaçait de le frapper s’il ne lui rapportait pas régulièrement une figurine pleine d’heures à passer devant les écrans.

Les inégalités, le harcèlement et le racket

Dans cette situation, on s'aperçoit rapidement que la figurine peut creuser beaucoup d'inégalités si celle-ci devient populaire et utilisée par une majorité de familles.



Les inégalités technologiques

Le concept de l’application et de la figurine est uniquement accessible aux personnes disposant d’un accès à Internet. En vendant cela, l’inégalité technologique est encore plus creusée entre les enfants, puisque toutes les familles ne disposent pas d’internet, et certains enfants seront donc inégalitaires par rapport aux autres. Par exemple, à la suite d’une enquête d’UFC que choisir, il ressort que 10,1 % de la population sont privés d'un accès de qualité minimale à Internet. Cependant, pour certaines familles c’est aussi un choix de ne pas avoir accès à Internet, ce qui peut être dur à comprendre pour un enfant.



Les inégalités financière

Outre le problème de l'accessibilité à Internet, il peut également y avoir un souci financier. Par notre choix de plusieurs gammes différentes, nous accentuons l’inégalité financière. En effet, les figurines haut de gamme ne seront pas disponibles au même prix que celles bas de gamme ou milieu de gamme. L’enfant peut donc se sentir en situation d’infériorité ou de supériorité par rapport à ses autres camarades, mais ces figurines peuvent également provoquer du harcèlement dans la cour d’école.



Le racket

Différentes formes de harcèlement existent, celle qui peut coïncider avec notre produit peut être celle du racket. Nos figurines ayant cet aspect de collection et portant différents niveaux de gammes, ou encore ayant du temps stocké dessus, certains enfants peuvent donc envier les autres. Dans le document Le racket : origine, conséquences, prévention…, un extrait nous dit : « En outre, le racket peut être dû à une mauvaise éducation ou une enfance difficile. En effet, la vie familiale est très importante dans l'adolescence. C'est pourquoi des problèmes familiaux peuvent déséquilibrer un jeune élève et l'amener à racketter. » Nous pouvons alors naturellement croire que le racket serait fréquent, du fait que les enfants seraient éduqués de façon négative par l’utilisation de nos produits.


Sources

Chapitre 5

L'addiction

Même si Timmy avait commencé à se lasser de la récompense, ce problème fut pallié par le plaisir d'être sur un ordinateur. Il est maintenant dépendant aux écrans et ne peut s’empêcher de toujours en vouloir plus sans réussir à en sortir pour le plus grand bonheur de ses parents, leur maison sera à jamais rutilante.

L'addiction aux écrans

Notre produit se base volontairement sur l’addiction des enfants des générations actuelles aux écrans. Les enfants étant addicts, ils en veulent toujours plus et finissent par ne plus voir que par les écrans. C’est ainsi que l’on peut garantir que l’enfant ne se désintéressera pas de la récompense et ne sortira donc pas du système et continuera à vouloir réaliser des actions pour obtenir du temps devant les écrans. La figurine est présentée comme un objet permettant aux parents de limiter l'accès à l'ordinateur, ce qui fait qu'ils peuvent être moins inquiets sur le problème, alors qu'en réalité la figurine peut offrir un temps presque illimité si l'enfant le veut.



Les conséquences des écrans

Cependant cette alléchante proposition que sont les écrans cache des conséquences assez graves. Ces derniers peuvent devenir une addiction provoquant manque et irritation lors d’un sevrage. Ils sont souvent liés à une sédentarisation des individus alors que la plupart des personnes sont soit assises, soit allongées lorsqu’elles utilisent leur téléphone ou leur ordinateur. Le milieu social est lui aussi impacté, les personnes addictes aux écrans sont plus susceptibles de se replier sur elles-mêmes et de se couper de tout réseau social réel au profit de réseaux numériques. Les jeux vidéos en particulier récompensent instantanément les joueurs pour les actions, ce qui a tendance à changer la conception des enfants en les surexposant à une récompense instantanée et non des plans sur le long terme rendant parfois leur futur plus compliqué.



Savoir encadrer

Cependant, l'accès à un ordinateur peut permettre à l'enfant un accès à l'information et à l'éducation non négligeable, tout comme les jeux vidéos permettent de développer certaines capacités chez l'enfant. C'est donc le rôle des parents de contrôler leur accès afin de ne pas tomber dans la dépendance et toujours obliger l'enfant à avoir d'autres activités, cependant notre figurine se présente comme un moyen de le faire pour eux, ce qui peut les pousser à se sentir moins responsable et donc ne pas faire attention.


Sources

Épilogue

10 ans plus tard

Il est compliqué de savoir ce qu'un enfant deviendra une fois adulte dans un cas aussi extrême que le nôtre, mais selon nous, il aura des séquelles à vie, comme des problèmes mentaux et comportementaux, et sera sûrement incapable de suivre des études ou de faire un travail. Il peut être intéressant de se demander également ce que la société entière peut devenir si, comme dans notre idée, tous les enfants et donc toute une génération a utilisé ce système.